Accueil > CNRD > CNRD 2017-2018 S’engager pour libérer la France. > Lectures : livres sur la Résistance dans le Cher.

Lectures : livres sur la Résistance dans le Cher.

Un manuel, un CD-Rom, des récits, des témoignages...

La base : "La Résistance dans le Cher", manuel de plus de 200 pages, rédigé par un collectif de 7 auteurs.

En fait, ce livre traite de toute la vie du département entre 1940 et 1944, à commencer par "le désastre, 1939-1940". Il montre comment le Cher est dépecé entre "l’ordre allemand" et "l’ordre vichyste", puis il traite de manière qui se veut exhaustive des différents engagements et des différentes formes de Résistance qui apparaissent et se développent, sans oublier la répression, la Libération, la fin de la guerre.
Bref, indispensable pour qui veut des bases solides sur l’histoire du Cher sous l’occupation. 23 euros.

Un CD-Rom : "La Résistance dans le Cher.

Edité conjointement par l’AERI et l’Association des Amis du Musée de la Résistance et de la Déportation du Cher (AMRDC). 20 euros.
Des épisodes de la Résistance dans le Cher, des notices biographiques, des photos...

Un témoignage : "Avant l’oubli, la Résistance", de Roger Sandrier, réédité par son fils Jean-Claude Sandrier".

Né en 1921, Roger Sandrier vit à Châteaumeillant. Engagé dès 1940, il devient chef FTP, et doit entamer une vie de "cavale". Il participe à de nombreuses actions dans l’Allier. En 1944, à la Libération, il est membre d’une cour martiale à Vichy, puis début 1945, il est incorporé aux troupes françaises qui entreront en Allemagne.
Son témoignage est émaillé de faits concrets (la clandestinité, l’exfiltration vers le Sud-Ouest, les "planques", le froid quand on n’a pas de manteau d’hiver...) et poignants, qui dénotent un grand humanisme.
L’ouvrage cite aussi, outre le programme du CNR, un discours d’Ida Apeloig-Rozenberg, qui évoque les familles juives accueillies à Châteaumeillant.
Environ 120 pages, 15 euros. Editions A à Z-Patrimoine.

Autre témoignage récemment réédité : Henri Diaz, "Les sentiers de la Liberté".

Henri Diaz est né en 1917. Engagé dans la guerre civile espagnole aux côtés des républicains, il est incorporé à l’armée française en 1940. Fait prisonnier, il parvient à s’évader d’Allemagne et à rentrer en France ,dans des conditions terribles. Revenu dans le Cher, il s’installe du côté de Dun sur Auron, où il parvient à perndre contact avec d’autres militants communistes. Il crée un maquis "planque", base de repli pour des actions futures.
Son livre est un relevé fidèle de ses actions au jour le jour : comment recruter, comment assurer le lien entre les différents noyaux dispersés dans les villages et villes du Cher, comment trouver des armes, mais aussi les tractations avec les autres organisations de Résistance, et les actions de l’année 1944...
Au fur et à mesure des pages, prennent vie ces petites gens qui hébergent, qui nourrissent, qui font fonction d’agents de liaison, et qui ont permis à la Résistance de disposer d’un terreau où prospérer.
Environ 450 pages, denses. Editions Gascogne. 20 euros.

Les ouvrages d’Alain Rafesthain, historien de la Résistance :
- "La liberté guidait leurs pas, résistants, déportés et évadés sous l’occupation", aux éditions Royer-passé simple, environ 160 pages.
Alain Rafesthain présente quelques figures de "héros du quotidien", des résistants "de la base", dont l’action est néanmoins fondamentale : entre autres, la famille Jolivet, dont les champs servent de terrain d’atterrissage au Grand Malleray, non loin de Rosières ou Mareuil sur Arnon ; Daniel et Sidonie Belliard, paysans à Genouilly.
Mais aussi Louis Chevrin, de Bourges, engagé dans l’action armée avec le vierzonnais Antonin Lérault et le "gars" de Thauvenay, Marcel Candre.

- "Mémoire de la Résistance dans le Cher, résistants, passeurs, déportés et victimes de 1939 à 1945". Editions Royer-passé simple, environ 230 pages.
Alain Rafesthain établit un répertoire alphabétique des acteurs connus de la période dans le Cher. Chaque fois que c’est possible, il renvoie le lecteur aux ouvrages où ces personnes sont mentionnées, dans une bibliographie citée dans les premières pages. Il donne aussi des photos de quelques unes de ces personnes.

- Un épisode qui se déroule dans le Loir-et-Cher : "Le maquis de Souesmes en Sologne, enquête sur un combat héroïque de la Résistance".
Editions Royer-passé simple, environ 170 pages.
L’histoire du maquis de Souesmes, 150 hommes, attaqué par les Allemands le 17 juin 1944.
Le livre montre une des formes d’action de la Résistance en 1944 : créer des maquis "mobilisateurs", conçus comme des réservoirs de combattants. L’auteur soulève d’ailleurs différents problèmes.

Un récit : "Le franciscain de Bourges", de Marc Tolédano.
Marc Tolédano et son frère Yves, engagés en Résistance, ont été des victimes de la Gestapo de Bourges et du gestapiste français Paoli.
Marc Tolédano raconte d’abord son engagement, puis cette terrible année 1943, avec la prison,les interrogatoires, la torture. Il présente bien sûr, puisque c’est le titre de son ouvrage, la figure bienveillante de l’allemand moine franciscain allemand Alfred Stanke.
Mais son livre est aussi un récit sur la Résistance.
A noter que le film du même nom, réalisé par Claude Autant-Lara, est paru chez Gaumont en DVD.

Chez nos voisins de l’Indre : "La vie dans un maquis actif durant l’hiver 1943-1944", par Jean-Luc Stiver .
Editions Points d’Aencrage, 67 pages, 12 euros.

Jean-Luc Stiver montre comment se constitue et comment vit un petit maquis actif : celui du bois de la Vernusse, à Dun le Poëlier, dans le Nord de l’Indre, proche de la vallée du Cher : avec qui ? Liens avec l’extérieur ? Actions ? Issue ?
Avec des photos et des dessins, l’auteur reconstitue le campement et les conditions de vie des hommes durant l’hiver 1943-44. A noter que l’emplacement précis des cabanes a été retrouvé, et que l’une d’entre elle a été reconstituée sur une parcelle appartenant à l’ONF : c’est l’une des étapes du circuit évoqué ci-dessous.

Une visite possible :
Complémentaire à la visite du musée de la Résistance et de la déportation à Bourges. L’association "Hier en pays de Bazelle" , animée par Jean-Luc Stiver, propose en effet un circuit des lieux de mémoire du canton de Saint Christophe en Bazelle. Outre le campement de la Vernusse, sont mis en valeur des lieux de sabotage, de parachutage et de combats/répression allemande, sur 20 étapes éclairées par 20 panneaux.
L’association propose des visites pour les groupes, scolaires ou d’adultes.
Dépliant à l’accueil du musée de la Résistance.

https://www.hierenpaysdebazelle.fr/circuit-jeannot-bizeau/

PS : La plupart de ces ouvrages sont en vente à l'accueil du musée de la Résistance et de la Déportation.

Dans la même rubrique

Haut de page

Partenaires

Conseil général du Cher Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Cher Le Musée de la résistance Nationale Ministère de la Culture et de la communication Région Centre Val de Loire