Accueil > CNRD > Sujets des années passées > CNRD 2017-2018 S’engager pour libérer la France. > Ressources proposées par le musée > Pierre RATEAU

Pierre RATEAU

Né le 14 mai 1913 à Aubigny-sur-Nère dans une famille de négociants en quincaillerie, Pierre Rateau « Henri Poily", "Arthur", "Rossi" » dans la Résistance) est mobilisé en septembre 1939 au grade de maréchal des Logis et envoyé en poste dans les Vosges.

Fait prisonnier en juin 1940, il est envoyé à Strasbourg puis au stalag I B en Prusse Orientale. Transféré dans un camp à 30 km de la frontière russe, le maréchal des logis s’évade avec deux camarades en mars 1941. Les trois hommes sont pris par les Russes et à nouveau internés. Pour Rateau, ce sera les camps de Minsk, Smolensk, Grodno puis Mitchourine. C’est dans ce dernier qu’il rencontre Pierre Billotte, qui ne tarde pas à profiter de l’invasion allemande en U.R.S.S * pour négocier un rapatriement des 200 Français du camp en Grande-Bretagne.

Arrivé en Écosse le 8 septembre 1941, Pierre Rateau s’engage dans les Forces Françaises Libres (FFL) puis entame une formation au sein de l’Intelligence Service sous le pseudonyme de Henri Poily.

En avril 1943, Pierre Rateau est parachuté en France sous le nom de code « Arthur ». Après avoir rencontré « Max » (Jean Moulin) à Lyon, Rateau regagne le Sud-Ouest, et notamment les zones de Montpellier et de Toulouse. Sa mission est d’y repérer et d’y mettre en place des lieux d’atterrissages et de parachutages, ainsi que de monter le réseau nécessaire à la récupération du matériel et à sa distribution.

Échappant plusieurs fois à la Gestapo, Pierre Rateau est rappelé à Londres en février 1944. Ne pouvant prendre l’avion qui devait l’y amener, il se décide à utiliser le réseau d’évasion qu’il a lui-même mis en place à travers les Pyrénées et l’Espagne. Il est arrêté et interné au camp Miranda et ne regagne Londres qu’en avril 1944 où il est affecté à l’État-major du général Koenig.

En août 1944, il est promu sous-lieutenant et parachuté dans la région de Saint-Nazaire pour détruire les installations allemandes et regrouper les maquis vendéens. Il reçoit la Croix de la Libération le 18 juin 1945 et est démobilisé en juillet 1945 avec le grade de Capitaine.

Il reprend la direction de l’entreprise familiale et témoigne en 1946 au procès de Paoli.

Le 11 novembre 2013, la ville d’Aubigny-sur-Nère inaugure un musée qui lui est dédié.

* L’opération « Barbarossa », nom donné à l’invasion de l’U.R.S.S par les troupes hitlériennes, commence le 22 juin 1941. Cette attaque met fin au pacte de non-agression germano-soviétique signé en 1939.

info portfolio

Document 1 - AMRDC Document 2 - AMRDC Document 3 - AD18 - 204 PER 2 Document 4 - AD18 - 144 J 4 Document 5 - AD18 - 144 J 4

PS : Sources : - Nouveau musée consacré à Pierre Rateau à Aubigny-sur-Nère : parcours de Pierre Rateau complété de belles pièces vestimentaires, matériel de communication, ordres de missions avec fausses pièces d’identité, mots de passe à utiliser, renseignements sur le contact de la mission, photographies, … (Musée Pierre-Rateau : Square des Dames, à proximité de la Maison Victorine – Aubigny-sur-Nère. Visites en hiver sur rendez-vous) Documents 1 et 2 : photographies Document 3 : «Le Berry Républicain » du 24 juin 1945.- AD 18 – 204 PER 2 Document 4 et 5 : « Le Journal de Gien » du 21 juin 1990. AD 18 – 144 J 4

Dans la même rubrique

Haut de page

Partenaires

Conseil départemental du Cher Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Cher Le Musée de la résistance Nationale Ministère de la Culture et de la communication Région Centre Val de Loire