Accueil > CNRD > CNRD 2018-2019 Répressions et déportations en France et en Europe, 1939-1945. (...) > Ressources proposées par le Musée > La répression du groupe Vengeance

La répression du groupe Vengeance

Créé à partir de janvier 1941 à Paris par les docteurs Vic-Dupont et Wetterwald, le mouvement Vengeance met environ deux ans à se structurer et à s’organiser. Il dispose alors de plusieurs services, dont un service évasion, un service de renseignement et un service action. En mai 1943, il s’implante dans le Cher et est présent à Bourges, Vierzon, La Guerche, Sancerre, Sancergue, Aubigny, Nérondes ou encore Mehun-sur-Yèvre.

Fin janvier 1944, le responsable régional est arrêté par le SD (Sicherheitsdienst, le service de renseignement SS). Dans le Cher, la première arrestation a lieu le 26 janvier. Une première vague d’arrestation a alors lieu, jusqu’au début du mois de mars. Elle décime les chefs du mouvement. A partir de la mi-mars, et jusqu’au mois d’avril, une deuxième vague a lieu, visant la base. Le mouvement est décimé.

Travailler sur la répression dont fait l’objet ce mouvement de résistance permet d’aborder plusieurs thématiques en lien avec le sujet du CNRD :
• la thématique des acteurs de la répression par exemple : le Sipo-SD de Bourges et ses collaborateurs français.
• Les méthodes de répression : certains membres du mouvement sont exécutés, tandis que d’autres sont déportés.
• Le parcours de déportation peut aussi être suivi, par le biais des numéros de convois.

info portfolio

Dans la même rubrique

Haut de page

Partenaires